Imprimer

La crise des Gilets Jaunes, déclenchée par l’augmentation des taxes sur le diésel, le fioul domestique et, plus généralement, l’essence et les produits énergétiques carbonés [augmentation des taxes décidées pour janvier 2019 et prévues pour les années à venir] est l’occasion pour le gouvernement et de nombreux élus « marchant » d’indiquer que la Transition Energétique (LTECV) est une nécessité… qu’elle a été votée… qu’elle doit être appliquée !

Les critiques passées et actuelles concernant les moyens pris ne manquent pourtant pas.

Parmi les très récentes :

https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/la-transition-vite/

https://www.climato-realistes.fr/transition-ecologique-chimere-remy-prudhomme/

https://www.atlantico.fr/decryptage/3560390/quand-la-science-s-invite-enfin-dans-l-ecologie-politique-jean-pierre-riou

https://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/etudes/electricite-intermittente-vrai-prix_19-nov-2018.pdf

http://www.economiematin.fr/news-essence-contre-eoliennes-comment-reprendre-cinq-fois-lache

http://www.economiematin.fr/news-les-benefices-des-promoteurs-eoliens-finances-par-les-taxes-sur-l-essence-

Il serait tentant de penser que le moratoire d’un an ou deux ans sur l’augmentation des taxes sur les carburants sera l’occasion de ralentir la pression éolienne sur nos territoires.

Il n'en n'est rien.

En effet le ver est déjà dans le fruit. De nombreux projets sont déjà arrêtés (ie, signés), même si certains sont ralentis par des procédures juridiques. 135 milliards d’euros (au minimum, ie sans compter le coût du renforcement des réseaux et des pertes à subir par les moyens pilotables, eux) sont déjà estimés comme le prix à payer d’ici 2035 pour les énergies intermittentes. Les contrats et les accords valant engagement de l'état à payer les tarifs acceptés sont signés : l'Etat devra les débourser, d'une manière ou d'une autre, vers les promoteurs, les fonds de pensions et entreprises propriétaires des parcs éoliens.

Les moyens sont en place !

Les fédérations anti-éoliennes, Vent de Colère et FED alertent tous leurs adhérents et sympathisans sur les dangers concernant les recours juridiques et les modifications apportées aux enquêtes publiques et s'élèvent avec force contre les annonces de fin novembre concernant la PPE sur le volet du développement éolien.

On touvera les communiqués des deux fédérations aux pages internet suivantes :

http://www.ventdecolere.org/communique/Communique-PPE%202-12-2018.pdf

et celui de la FED ici.

Elles insistent sur l'urgence de la participation internet à la consultation sur les modifications du traitement juridique, consultation fermée après le 11 décembre :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/decret-relatif-a-l-experimentation-prevue-a-l-a1891.html?id_rubrique=1&debut_forums=20#pagination_forums

 L'APPEISA rappelle, avec d'autres, que le développement forcené de l'éolien n'est pas le moyen efficace pour lutter contre la production des gaz à effet de serre. C'est un moyen ruineux, inefficace (après tout, la CRE remarque la hausse de la production française de CO2 ces dernières années) portant sur une production électrique déjà décarbonée…