Contenu principal

Message d'alerte

Sont ici présentés des tableaux issus des données de RTE (source ouverte) pour une année de production et consommation. Y ont été ajoutés des commentaires et des évaluations portant sur l'éolien, sujet de notre site : facteur de charge moyen mensuel, puissance installée (approximativement, tirée des valeurs trouvées pour le début et fin d'année, linéarisée sur l'année).

données : extraites de la page https://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-telechargement.

 

Mois

Prod. tot.

Consommation totale

Solde export.

nucléaire

carbonnée totale

charbon

fioul

gaz

hydrau.

éolien

PV

bio-énergies

 

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

(GWh)

2017-04

42 598

36 669

5 175

31 752

3 425

645

222

2 557

4 185

1 467

1 047

719

2017-05

41 586

35 048

5 700

30 136

2 402

520

232

1 648

5 741

1 499

1 094

711

2017-06

37 406

33 396

3 246

26 884

2 078

352

276

1 448

5 106

1 473

1 134

729

2017-07

38 935

33 905

4 353

28 159

3 291

866

282

2 142

3 893

1 713

1 086

790

2017-08

37 182

32 125

4 397

28 585

2 043

198

280

1 563

3 502

1 238

1 055

757

2017-09

38 681

33 653

4 333

29 346

3 026

578

258

2 189

3 098

1 645

824

739

2017-10

39 716

36 625

2 171

28 054

5 387

1 218

280

3 888

2 740

2 080

717

736

2017-11

44 949

44 920

-826

30 334

7 067

1 445

321

5 300

3 937

2 325

455

828

2017-12

53 198

51 549

683

37 383

6 077

848

294

4 933

5 310

3 348

275

803

2018-01

57 072

49 020

7 004

40 790

3 796

323

184

3 287

7 339

4 008

303

835

2018-02

54 040

50 473

2 755

36 408

6 321

1 006

286

5 028

7 208

2 773

515

813

2018-03

52 328

48 268

3 101

35 677

4 961

844

182

3 934

6 989

3 121

743

834

                         

total annuel

537 691

413 934

31 217

383 508

49 874

8 843

3 097

37 917

59 048

26 690

9 248

9 294

 

 Commentaires

  • La production totale différe de la somme consommation + solde exportateur du fait de l'existence des pertes (inférieures à 10% [THT, HT et BT + transformateurs…]) et de l'autoconsommation du réseau (tirage des STEP).
  • Les productions éolienne et photovoltaïque (fatales) sont saisonnalisées – se complètant partiellement. Le photovoltaïque est bien sûr mené par la hauteur du soleil dans le ciel ; il est donc partiellement adapté à la chaîne du froid, en particulier à la climatisation. L'éolien est – en général – plutôt productif en hiver. Cependant les variations d'un jour à l'autre, d'une semaine à l'autre (et par moment d'une heure à l'autre) à toute période de l'année rend son intermittence très gênante pour l'équilibre physique et financier de la gestion de l'électricité.
  • La colonne "totale carbonnée“, en bistre, est la somme des trois colonnes (charbon, fioul et gaz). Le fioul est utilisé dans les turbines à combustibles (TAC), le gaz, en plus des TAC, est utilisé aussi dans les centrales à cycle combiné (haut rendement). Les TAC sont à l'heure actuelle comme ajout à l'hydraulique de lac pour l'équilibre fin production/consommation.

Tansition énergétique : nucléaire vs éoliennes

Lors des réunions communales de présentation des projets éoliens les participants du public (souvent plus que les promoteurs) utilisent le leitmotiv de l'abandon du nucléaire pour soutenir l'apparition de sites éoliens. Bien sûr, en réalité, ce remplacement n'est pas présenté comme seulement atteignable par les éoliennes… mais c'est financièrement le plus simple.

Le public, qu'il soit le vulgum pecus ou le député, apparaît dans les faits assez réticent aux chiffres (il y a le nucléaire, il y a l'éolien…). Et nous suppons donc ici une simple transition énergétique, fondée sur les résultats de l'année 2017/18 présentée ci-dessus.

Sur le tableau ci-dessous, les colonnes en bistre sont le report des données de RTE concernant le nucléaire et l'éolien. Les autres en sont déduites : (il s'agit de moyennes mensuelles)

  • puis. nuc. instantanée évaluée moyenne sur le mois (24 h par jour sur un mois de 28 à 31 jours) à partir de la production.
  • fact. ch. nucl. est obtenu à partir de la puissance instantanée comparée à la puissance installée théorique (63 000 MW, nucléaire).
  • puis.éol. inst. est la puissance éolienne installée approximative, linéarisée sur l'année, mois par mois, à partir des puissances installées en début et fin d'année. A partir de le puissance éolienne moyenne sur le mois et de la puissance installée on déduit le facteur de charge (moyen) donnant accès à la puissance effective de l'éolienne de 3 MW le long du mois.
  • le nombre d'éoliennes nécessaires pour remplacer la production nucléaire de ce mois s'en déduit alors aisément.
 

Mois

prod. nucl.

puis. nuc.

fact. ch. nucl.

prod. éol.

puis. éol. inst.

puis. éol. moy.

fact. ch. éolien

puis. éol. pour 3 MW inst.

nombre éoliennes 3 MW nécessaires

 

GWh

MW

 

GWh

MW

MW

 

MW

 

2017-04

31 752

44 100

0,70

1 467

12 800

2 038

0,16

0,48

92 348

2017-05

30 136

40 505

0,64

1 499

12 925

2 015

0,16

0,47

86 615

2017-06

26 884

37 339

0,59

1 473

13 050

2 046

0,16

0,47

79 393

2017-07

28 159

37 848

0,60

1 713

13 175

2 302

0,17

0,52

72 192

2017-08

28 585

38 421

0,61

1 238

13 300

1 664

0,13

0,38

102 364

2017-09

29 346

40 758

0,64

1 645

13 425

2 285

0,17

0,51

79 832

2017-10

28 054

37 707

0,60

2 080

13 550

2 796

0,21

0,62

60 919

2017-11

30 334

42 131

0,67

2 325

13 675

3 229

0,24

0,71

59 472

2017-12

37 383

50 246

0,79

3 348

13 800

4 500

0,33

0,98

51 363

2018-01

40 790

54 825

0,87

4 008

13 925

5 387

0,39

1,16

47 239

2018-02

36 408

54 179

0,86

2 773

14 050

4 126

0,29

0,88

61 490

2018-03

35 677

47 953

0,76

3 121

14 175

4 195

0,30

0,89

54 013

                   

annuel

383 508

43 834

0,69

26 690

 

3 049

0,22

   

 Commentaires

  •  Sur ce tableau apparaît déjà un fait important : le facteur de charge du nucléaire a baissé par rapport à celui auquel nous étions habitués (plus proche de 0,8) [rappel ce facteur de charge pourrait atteindre plus de 0,90 en utilisation Base stricte]. C'est en pratique la conjonction de deux phénomènes : moindre disponibilité des réacteurs – certains étant en révision profonde – et participation accrue au pilotage de l'équilibre production/consommation due à la montée en puissance des électricités éolienne et photovoltaïque fatales.
  • On observe bien sûr les variations importantes du facteur de charge (moyen sur le mois) de la ressource éolienne. Il est important de bien avoir en tête que ce facteur de charge peut passer en quelques heures de 0,02 (réalisé cette année là) à plus de 0,7 (idem) pour peu le vent le veuille bien. Le mois de mars a été venteux.
  • La traduction en nombre d'éoliennes est éloquente. L'évaluation en financement peut laisser rêveur (4,5 M€/éolienne3MW).