Contenu principal

Message d'alerte

Bref compte-rendu de la réunion éolienne d'Essômes-sur-Marne
7 mars 2018 : Où placer les éoliennes ? Votre avis ?

  • présents : un peu moins d'une trentaine de personnes (organisateurs compris). Presque pas d'opposants… se manifestant du moins.
  • le compte-rendu de la deuxième réunion, élaboré par GWD, devrait être transmis aux présents ayant laissé leur adresse mél, avant la prochaine réunion.
  • la prochaine réunion (Quelles mesures compensatoires verriez-vous ?), vers la mi-mai 2018.
  • le compte-rendu de la première réunion élaboré par APPEISA se trouve sur la page internet
    http://www.appeisa.fr/sites-projets/13-sites-en-projet/25-concertation-22-janvier-2018-essomes

En exergue

  • Hors sujet théoriquement, mais qui a de l'importance ici, cf. les raisons invoquées par nombre d'assistants, i.e. faire disparaître les centrales nucléaires : nombre d'éoliennes en fonction du facteur de charge [facteur de charge 0,75 ---> 480 éoliennes de 2,5 MW pour remplacer un réacteur de 900 MW, 12000 si le facteur de charge est 0,03]. Le foisonnement des parcs français ("il y a toujours du vent quelque part" ADEME) n'est ni réalisé en France, ni même en Europe.
  • L'auteur de ces lignes (le “je” de ce compte-rendu) connaît bien le terrain : les éoliennes actuelles sont parfaitement audibles à 700 m de la ligne d'éoliennes existantes (par exemple au niveau de la ferme de La Nouette), et légèrement audibles à Bourbetin, à 2000 m), en fonction du vent, bien sûr.


La réunion


Une brève présentation par ATER du sujet du jour et du mode de fonctionnement : 4 groupes de travail simultanés pour placer les éoliennes (représentées par des petites pastilles de deux rayons différents selon le choix de la hauteur) sur une carte (où se trouvaient reportées les zones des 500 m autour des habitations, les zones impossibles [lignes HT, …]). Deux hauteurs d'éoliennes sont proposées [165 et 180 m, les plus hautes affirmées comme permettant un facteur de charge de 0,27] impliquant des distances inter-éoliennes différentes (rayons des pastilles) (pour éviter les turbulences d'une éolienne sur la voisine, il conviendra de placer les pastilles sans recouvrement). Ensuite aura lieu une mise en commun pour confronter et/ou justifier les choix faits.


Intervention d'APPEISA sur trois points : 1) le fait que le compte-rendu de la réunion n°1 n'ait été distribuée qu'en entrée de la réunion n°2 et donc sans possibilité de lecture ; 2) le dit-compte-rendu comporte des imprécisions et une erreur flagrante (schéma confondant production et puissances installées des sources électriques françaises) ; 3) la présence du parc existant (Picoterie-Charly/Marne) présentants des éoliennes de (relativement) faibles hauteur (125 m) ; ce parc est parfaitement visible depuis Château-Thierry, la vallée de la Marne et de nombreux coteaux, hormis depuis Charly et ses coteaux nord.

Le point numéro 2 a été l'occasion pour APPEISA de rappeler l'intermittence de la production éolienne, intermittence réglée en partie par les sources nucléaires déjà en place. La grande majorité des présents ce soir là ont insisté sur leur désir de participer à la diminution du nucléaire (c'est manifestement le leitmotiv des présents, mais pas celui des organisateurs qui préfèrent laisser parler sans s'engager). Le facilitateur est intervenu pour forcer à ne pas sortir du sujet du jour : placer les éoliennes.


Nous nous sommes séparés sur les quatre tables (6 ou 7 personnes par table, dont 1 des organisateurs)…

  • Carte de l'implantation possible (fond de carte OpenStreetMap) : le plateau au-dessus d'Essômes (sur la commune) est ici partagé en 3 du fait des zones des 500 m (La Nouette et Talfournay), et des servitudes des lignes électriques ;soient les zones A,B et C. Les zones B et C sont visibles depuis la vallée de la Marne (dont Ch-Th) et très proches de Mont de Bonneil !
  • Les bois sont éliminés (protections zoologiques éventuelles, obligations de compensation – au moins partielle en cas de déboisement) [sur la carte OpenStreetMap manque un bosquet en zone A].
  • Les petites étoiles indiquent les positions (légèrement approximatives des éoliennes de Charly-sur-Marne) [les distances entre ces éoliennes sont inférieures à celles prévues pour les nouvelles.]

résultats des cogitations de chaque groupe

  • les trois premières des quatre tables ont placé 2 à 6 éoliennes en zone B + C et 5 en zone A. Ces tables voulaient manifestement placer le plus possible d'éoliennes ; le choix a été fait des plus petites : c'était plus bas [ne pas trop jurer avec les existantes] et c'est plus facile d'en faire tenir.
  • des participants à la quatrième table ont eu une réaction différente : confirmation de la perception des sons issus des éoliennes existantes, ce  au niveau de La Nouette, … au niveau de maisons de Bourbetin (niveau bien plus faible, bien sûr), existence à La Nouette de l'effet stroboscopique (ici : ombre des pales battant la mesure lors de fin d'après-midi ensoleillées]. Pour des raisons paysagères cette table a éliminé l'implantation d'éoliennes en zone B+C. Elle choisit de placer 3 éoliennes en zone A, elle aborde le rapprochement de Bourbetin et du Thiolet, peut-être néanmoins protégés (sic !) par les nuisances sonores de la RD 1003. 3 éoliennes, en ligne (depuis le parc existant, dirigé vers Bourbetin) ; certains insistent pour qu'elles soient placées de façon à ne pas nuire au cheminement des engins agricoles.

Mise en commun

Un membre de chaque groupe a exposé ensuite à l'ensemble ses choix et motifs. L'argument paysage (pour réussir à mettre 6 éoliennes en zones B+C il faut les regrouper sans pouvoir les aligner) a mené à diminuer le nombre en zone B+C (2 ou 3).


!! bien sûr l'organisateur a insisté sur le fait que tout cela n'était que consultatif !!


Suit un tour de table individuel (heureusement j'étais pratiquement le dernier à parler) :


Les organisateurs se sont félicités de la bonne atmosphère de travail, même si le petit nombre de présents sembler leur poser problème.


Le tour de table fait alors apparaître que, pratiquement pour tout le monde (quelques uns n'ont pas pris la parole), le but de leur acceptation des éoliennes est la disparition des centrales nucléaires.


Je suis intervenu pour rappeler mon refus des éoliennes d'une façon générale (je n'avais bien sûr pas joué, à ma table), éoliennes inutiles tant que l'on ne sait pas conserver l'électricité en grande quantité et à prix socialement abordable, donnant en particulier l'argument des facteurs de charge (75 % ---> 480 éoliennes pour un réacteur, 3 % ---> 12000 éoliennes). Rappelé à l'ordre par le facilitateur (“ce n'est pas l'ordre du jour”), j'ai indiqué que dans le cas d'espèce je me voyais mal placer des éoliennes de plus de 150 m de haut à proximité de Bourbetin (paysages et nuisances [sous le vent directeur OSO]), idem pour les zones B+C, surtout nuisances sonores et paysages pour Mont de Bonneil, paysages pour la vallée de la Marne.


Réflexions diverses

  • La première réunion (22 janvier) était finalement assez classique, le contenu était celui des présentations habituelles données par les promoteurs (généralités…) L'avantage en était néanmoins la possibilité pour chacun de fournir son propre ressenti et éventuellement ses connaissances. Le rôle du facilitateur ressort plutôt de “tech. de com.”. Ce qui est à remarquer, ici et ailleurs, est que les équipes des promoteurs ne connaissent pas les critiques effectuées par de nombreux physiciens, et économistes qui de plus en plus alertent sur les dangers sociétaux et écologistes de l'invasion éolienne (critiques assez bien résumées, hors les atteintes aux paysages et nuisances à proximité, par le blog rapporté en exergue) ; peut-être est-ce une attitude pour ne pas avoir à en parler. Ils sont là parce que l'on leur a offert la possibilité libérale de fournir de l'électricité.
  • Je n'étais pas aux tables qui ont proposé des éoliennes sur les zones B+C, à proximité de l'écart Mont-de-Bonneil… soit sur la commune voisine de Bonneil. Y avait-il un habitant de Mont-de-Bonneil ?
  • Avant la dispersion vers les tables de travail un habitant m'a demandé quelles étaient les possibilités d'éviter ces invasions. Pour lui, c'est joué il ne sait pas comment lutter. Il est parti avant le jeu des pastilles.

Un des promoteurs a dit à la fin qu'environ 80 % des débuts de projets ne débouchaient pas. Comment faire pour que les habitants participent à ce combat ?

  • Je donne maintenant mon avis sur cette séance de participation (consultative) de la population au projet local. Bien sûr l'équipe des promoteurs est parfaitement capable de placer les éoliennes aux coins les plus judicieux (moi aussi). Il est assez instructif pour eux de connaître les résistances, et, finalement, les arguments qui portent. Même si les avis donnés laissent libres les promoteurs dans la constitution du projet, ces séances mouillent les habitants. Si je me reporte au parc éolien de Charly, ce jeu aurait peut-être obligé certains à réfléchir sur le "cadeau" qu'ils risquaient de faire à leurs voisins d'Essômes : la ferme de La Nouette !
  • J'ai été remercié pour mon intérêt, poli, et pour mon avis d'opposant (de principe, ici). Je suis surtout invité, gentiment pour participer à la prochaine réunion de la mi-mai (Quelles mesures compensatoires ?). Peut-être irai-je par curiosité ? Je n'en ai pas à en inventer…  pour eux.

Après la rédaction


Une fois réalisée la première version-brouillon de ce compte-rendu l'on m'a fait parvenir un exemplaire .pdf de la

Charte éolienne des Coteaux, Maisons et Caves des Champagne, sortie en février 2018.


Il s'agit bien sûr du classement au Patrimoine Mondial. En ce qui concerne le projet d'Essômes on s'aperçoit à la lecture que cette localité (et bien d'autres de la région) est située en  zone d'exclusion. D'autres encore, en plus grand nombre dans la zone de vigilance. L'application de cette charte n'aurait jamais permis l'implantation  de la rangée d'éoliennes de Charly.


Ce qu'il faut retenir de cette charte, outre l'application stricte à Essômes, est la notion de paysage de longue distance. Un paysage n'est pas défini par ce que l'on voit depuis la ville centre de la commune, mais aussi par ce que ressent le voyageur qui vient, les habitants qui vivent… Les éoliennes actuelles de Charly sont bien visibles depuis de nombreux points de la zone d'exclusion. Il en serait bien sûr de même d'éoliennes de 165 ou 180 m, même placées entre Bourbetin et La Nouette !